Feb 22, 2014

Il est temps de changer notre modèle de soins aux nouveaux-nés

Bonjour! Aujourd'hui, c'est plus un billet d'opinion et de questionnement que je vous partage. Il me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà.

Lors d'un accompagnement*, dans un hôpital, le bébé a eu besoin de soins. Le bébé était en santé, sauf pour quelques variables légèrement inquiétantes dans son test de sang. Maintenant, je ne suis pas médecin. Ce bébé avait peut-être vraiment besoin qu'on intervienne. Je n'en sais rien, et je n'ai pas le droit de poser de diagnostic ou d'opinion sur le sujet. Mais une chose est certaine, la façon de faire aurait pu être largement différente.

 Mes études en psychologie périnatale m'ont apprises que les protocoles hospitaliers modernes sur les nouveaux-nés étaient en majorités conçus sur la croyance (datant du 19ème siècle, et lourdement contre-dite scientifiquement depuis) que les bébés à la naissance ont le cerveau si petit et immature, qu'ils ne réalisent pas ce qui leur arrive, qu'il n'en garderont aucun souvenir, et qu'ils ne sont pas vraiment conscients de ce qu'est la douleur. Tout cela combiné à une ignorance totale des immenses bienfaits du peau-à-peau (largement prouvés et re-prouvés scientifiquement) et d'une incompréhension du fonctionnement de l'allaitement et de la nécéssité de ne pas séparer une mère de son enfant, sauf en cas extrême.

Bref, ce bébé, tout près de son terme, qui semblait en bonne santé, respirait, était tout rose,  et tétait vigoureusement a dû être séparé de sa mère pour aller en observation en pouponnière. On l'a isolé dans une boîte en plastique.  Tout au long de la journée, il a dû subir test, après test, des prises de sang sur toutes les veines disponibles de son corps, des interventions, et de la surveillance par une machine qui fait biip biip si quelque chose sort de la normale. On l'a mis sur soluté. On a même refusé de le ramener à sa mère, qui ne pouvait pas se lever, parce quil n'y avait pas d'infirmière de disponible pour le surveiller, et on a dit à la mère de tirer son colostrum pour qu'une infirmière en donne à la seringue au bébé.

En aucun moment ce bébé n'était dans un état critique. Il n'avait pas besoin de respirateur, n'était pas un grand prématuré et n'état pas malade. Et même si les soins reçu étaient vraiment nécessaires, le soluté et tout... TOUTES ces interventions auraient pu être faites dans la chambre... Un poteau de soluté? Un saturomètre? Une machine qui fait bip bip qui compte ses respirations et sa fréquence cardiaque avec des petits collants sur la poitrine? Pourquoi ça ne peut pas être fait dans la chambre? Au lieu d'un incubateur en plastique, ce bébé aurait pu être sur sa mère, au chaud, avec le sein à portée de bouche. Le peau-à-peau permet aussi au bébé de régulariser sa respiration, le mouvement régulier de la poitrine de sa mère lui rappellant constamment de respirer. Sa mère, elle, aurait pu mieux faire connaissance avec son bébé, apprendre à mieux le connaître et se sentir compétente face à la surveillance de son bébé. Les piqûres aurait pu être faites pendant la tétée, car on sait que ça aide à diminuer la douleur. Etc, etc. etc.

C'est sûr que c'est plus simple de mettre tous les bébés dans la même pièce pour les surveiller en même temps. Ça économise le personnel, ça permet de faire le tour plus rapidement. Le personnel médical fait de son mieux, avec les outils qui leur ont été donnés. Mais à mon avis, il est temps de changer. Il est temps d'appliquer toutes les découvertes des 20 dernières années à notre pratique moderne.

Pourquoi est-ce que c'est encore accepté de séparer les bébés de leur mère? Pourquoi, avec toute la technologie qu'on a, on n'a pas encore inventé une machine qui donne le bilan complet du sang avec une seule goutte, voire à travers la peau? Pourquoi on n'a pas appris le sens du mot ''cas par cas'' à l'hôpital? Pourquoi on continue de faire sentir les mère incompétentes face à leurs nouveaux-nés? Pourquoi on se fie plus aux machines qu'à nos yeux pour évaluer l'état d'un bébé? Tant de questions, et si peu de réponses...

Des histoires comme celle de ce bébé, il y en a des pelletées. Et la plupart du temps, les parents n'ont pas une accompagnante pour les aider à passer au travers, et pour tenir compagnie au bébé en attendant que l'un des parents soit en mesure de prendre le relais. Je regardais tous ces bébés, laissés à leurs propres moyens dans la pouponnière. Je me croyais dans les années 50. Une infirmière a même affirmé, en désignant un bébé en crise de panique, quelque chose comme «de toute façon, son cerveau est trop immature, il sait pas trop ce qu'il se passe/ce qu'il veut».  Dans les yeux de certains bébés, on pouvait lire l'incompréhension, la tristesse, le questionnement. Où elle est ma maman? Qu'est-ce que je fais ici?

 Je suis sortie de cet accompagnement ébranlée, choquée, triste et fâchée contre le système médical moderne, et désolée de ne pas avoir pu mieux accueillir et protéger ce bébé.  Je suis aussi sortie avec le coeur gonflé d'amour et de compassion pour cette maman et son bébé, qui ont eu une journée plus qu'éprouvante. J'espère que mon aide a su atténuer les impacts négatifs des protocols de l'hôpital sur ce bébé.  J'espère qu'un jour on va changer, et qu'on va traiter les bébés correctement, sans les séparer de leur mère.

Voilà, c'était ma montée de lait de la semaine!

* J'ai la permission de ma cliente pour partager cette expérience.


Voici quelques ouvrages et études pour appuyer mes affirmations.
CHAMBERLAIN, David, Windows to the Womb, 2013, North Atlantic Books, California, 225 p.
ODENT, Michel, Le bébé est un mammifère, Éditions l'Instant PrésentVERNY, Thomas, avec KELLY, John, The Secret Life of the Unborn Child, 1981, Dell Publishing, New York, 253 p.
APPPAH
What Babies Want, film par Debby Takikawa Dc., 2004

Etudes:
Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants
L'importance du peau-à peau
Contact peau à peau précoce des mères et de leur nouveau-né en bonne santé
La méthide kangourou pour le nourrisson prématuré et sa famille-étude
Un nouveau type d'incubateur pour les prématurés
Bien portés, bien portants
The importance of Skin-to-Skin contact

À la prochaine!

image: http://ak2.picdn.net/shutterstock/videos/4591346/preview/stock-footage-slow-motion-crying-newborn-baby-in-incubator-care-at-nursery.jpg