Apr 28, 2013

L'accouchement orgasmique: mythe ou réalité?

Pour la plupart des gens, mettre le mot ''orgasme'' dans la même phrase que le mot ''accouchement'' est une impossibilité. Comment peux-t-on expérimenter du plaisir durant une expérience qui est supposée être douloureuse? Il paraîterait que ça arrive moins rarement qu'on le croit...

Mais que sigifie ''accouchement orgasmique''? Selon moi, le terme inclut toute forme d'accouchement ecstatique, qu'il y ait un réel orgasme ou non, et ceci à n'importe quel moment du travail, que ce soit pendant les contractions, ou durant la poussée.
La sage-femme Ina May Gaskin a déjà fait un petit sondage, pour savoir combien de femmes avaient déjà eu des expériences orgasmiques durant leur accouchement, et le résultat s'est avéré beaucoup plus élevé qu'elle le pensait. Sur 151 femmes, 32 ont affirmé avoir eu au moins un accouchement orgasmique. La plupart d'entre elles ont eu leurs bébés avec des sages-femmes, mais, curieusement,  quelques-unes ont eu leur accouchemnt ecstatique en milieu hospitalier. Bien sûr, c'est un bien petit échantillon, mais les résultats restent surprenants.

Saviez-vous que l'hormone qui crée les orgasmes est exactement la même qui déclenche les contractions? En effet, l'ocytocine, aussi appelée hormone de l'amour, est responsable des ces deux phénomènes, et bien d'autres. Entre autres, c'est cette hormone qui nous fait tomber en amour avec notre bébé dès sa naissance. J'avait déjà écris un billet par le passé sur les fonctions de l'ocytocine. Vous pouvez le trouver ici. Durant l'accouchement, si l'environnement est favorable, c'est-à-dire que l'atmosphère créée aide la future mère à relaxer, et que les personnes autour d'elle sont des personnes de confiance et qui ne la stressent pas, le corps produit en plus de l'ocytocine, des endorphines, qui aident à relaxer et qui font même que certaines femmes dorment entre leurs contractions. Par contre ces deux hormones sont timides. Si la mère est stressée, dérangée, ou dans un environnement où elle n'est pas bien, l'adrénaline embarque, et écrase les deux autres, rendant alors la mère tendue, nerveuse, et le travail beaucoup plus pénible. Une situation trop stressante peut même arrêter complètement le travail, parfois pour plusieurs jours.

Qu'est-ce qu'un environnement favorable et comment le créer? En premier lieu, posez-vous la question suivante: quel est le meilleur environnement pour faire l'amour? Car faire un bébé et le mettre au monde demandent la même confiance et la même intimité. La plupart des gens n'arriveraient jamais à prendre leur pied lors d'une relation sexuelle sans le bon contexte (avec des gens qui rentrent et qui sortent de la pièce pour vous poser des questions, par exemple). Pourquoi demandons-nous donc aux femmes d'essayer de se détendre et de laisser leur corps s'ouvrir sans respecter leur bulle d'intimité?
Essayez donc d'adapter le lieu d'accouchement pour permettre le maximum de confiance et de confort. Tamisez les lumières, mettez des chandelles (il existe même des chandelles électroniques si il y a une bombonne d'oxygène dans la pièce), faites jouer une petite musique douce, ou bien respectez le silence. Assurez-vous qu'il y a un bon bain chaud de prêt au cas ou il serait utile. Les caresses et les marques d'affection sont les bienvenues. Rien de mieux qu'un bon baiser de celui qu'on aime pour aider à se détendre. Chacune a ses petites préférences sur ce qui lui fait du bien. Il faut aussi apprendre à accepter la dimension sexuelle de l'accouchement, car elle est bien là, même si on essaie de la nier depuis que les hommes ont commencé à assister les futures mamans.

La peur a et les conflit non-réglés ont aussi un impact sur la façon dont l'accouchement sera vécu. Que ce soit une peur de la douleur, des conflits de couple, ou un passé non réglé (ex. passé d'abus), il est important de faire son posssible, et même aller chercher de l'aide pour régler tout ces problèmes durant la grossesse, car ils peuvent refaire surface lors de l'accouchement sous forme de complications. Lorsqu'une femme est en paix avec elle-même, avec son entourage et avec son passé, et qu'elle est en confiance, les risques que l'accouchement soit difficile sont grandement diminués. Il ne s'agit pas ici de fabulations spirituelles, mais un simple lien de cause à effet: Si une femme à des tensions, elle aura de la difficulté à se laisser aller, elle sera plus tendue, et l'accouchement risque d'être plus difficile. Au contraire, si elle est épanouie et en confiance, son corps sera plus propice à l'ouverture.

Il va sans dire que l'usage de l'épidurale, et de d'autres moyens pharmacologiques de soulagement de la douleur durant l'accouchement empêche non seulement la douleur, mais aussi toutes les autres sensations. Le fait que la majorité des femmes occidentales accouchent sous épidurale contribue grandement à la rareté des accouchements orgasmiques. Pour en savoir plus sur les effets de l'épidurale, je vous invite à aller lire mon billet précédent sur la question, ici.

En dernier lieu, je crois que l'influence des médias sur la perception générale de l'accouchement est un autre élément qui contribue à la peur de l'accouchement, et à la croyance générale qu'accoucher ne peut être autre chose que de la torture. Comme j'ai déjà écrit dans un article précédent sur la naissance dans les médias (ici), je crois que si on montrait plus d'expériences d'accouchement positifs à la télé, l'imaginaire collectif en serait grandement changé pour le mieux, et beaucoup plus de femmes seraient prêtes à tenter un accouchement naturel.

Voici maintenant en conclusion la bande annonce (en anglais, désolé pour ceux qui ne comprennent pas, mais on peux quand même comprendre l'idée générale) d'un film intitulé ''Orgasmic Birth'', qui explore la question de long en large, à travers des témoignages de beaux accouchements. Je vous le suggère fortement!



Bonne journée!

Sources: 
Ina May's Guide to Childbirth, Ina May Gaskin
Orgasmic Birth, film de Debra Pascali-Bonaro
Birth As We Know It, Film de Elena Tonetti-Vladimirova

Apr 17, 2013

Les bébés sont conscients de ce qui leur arrive

Bonjour, je voudrais aujourd'hui vous partager quelque chose que j'ai vécu lors de mon dernier acompagnement, et qui est une preuve de plus de la conscience et de la sensibilité des petits bébés. Mon dernier accompagnement s'est terminé en césarienne pour détresse foetale, et, la décision était que si une césarienne devait arriver, je devais accompagner la maman en salle d'opération. À la fin de l'opération, je devais accompagner le bébé jusqu'à la salle d'attente, et laisser le papa prendre le relais. Par un imbroglio que je ne saurais expliquer, le papa n'étais pas là au moment où je suis passée avec les infirmières et le bébé, et celui-ci devait-être emmené en pouponnière. Comme je ne voulais pas laisser le bébé tout seul, je l'ai accompagné en tentant de dire à tous les employés sur mon passage d'orienter le papa vers la pouponnière s'il venait à se présenter. Le bébé avait quelques difficultés respiratoires, alors une fois en pouponnière on l'a aspiré, en plus de le piquer, le mesurer, l'examiner, etc. Mon rôle était de lui parler et de le rassurer. J'ai pris sa petite main dans la mienne, et je lui ai parlé tout doucement. Je lui ai souhaité la bienvenue, je lui ai dis que je comprenais ce quil vivais. Il s'est arrêté de pleurer, a ouvert ses yeux pour la première fois, et m'a regardée. Il avait l'air de comprendre. Je lui ai expliqué que sa maman avait très hâte de le voir, que son papa le cherchait, qu'ils l'aimaient beaucoup, qu'ils étaient très contents qu'il soit né, etc. Il m'a écouté, et je suis sûre qu'il a compris. Son père est arrivé peu après, et le petit s'est complètement apaisé. Quel moment touchant et magique.

Bonne journée!

Apr 13, 2013

Petit témoignage d'un papa

Bonjour! Hier, par cette journée de tempête de neige en avril, un beau petit garçon est venu au monde. J'accompagnais les parents, et ce fut toute une expérience. Le papa m'a laissé ce petit mot en remerciement de mon aide:


Je voudrais remercier chaleureusement Laurie Vallée pour son soutien et sa patience. Tu es une très bonne accompagnatrice je ne pouvais demander mieux que toi. Tu a été super, merci de tout mon cœur :).  - Papa M. 

Bébé X. et moi. Photo utilisée avec la permission des parents

Merci à Maman A et à papa M de m'avoir permis de vivre cette belle aventure à leurs côtés. Je leur souhaite une belle vie de famille et tout le bonheur du monde avec leur nouveau petit trésor à leurs côtés.

Bonne journée!

Apr 10, 2013

Tutoriel: comment fabriquer un porte-bébé asiatique (Mei Tai)

Bonjour! Voici enfin mon tuto Mei Tai! Le Mei Tai, ou porte bébé asiatique, est le système de portage traditionnel de plusieurs communautés asiatiques. Il est de plus en plus populaire en occident, pour sa facilité d'utilisation, et pour sa versatilité (portage devant, dos, en allaitant, etc). Il permet un portage physiologique et ergonomique, et est confortable pour le porteur. Son seul désavantage est les longues bandes de tissus qui servent à l'attacher, qui ont tendance à traîner par terre pendant l'installation. Moins pratique lorsque le sol n'est pas très propre (pour installer dans un stationnement par exemple).  Il est aussi très facile et peu coûteux à fabriquer, comme vous le constaterez dans ce billet.

Matériel nécessaire: 
-Un tissu résistant (un bon canevas, du sergé-croisé, ou tout autre tissu solide), environ 2m20, ou plus si le tissu n'est pas très large. Ceci est pour le renforcement du corps, et pour les bretelles et la ceinture. J'ai utilisé une vieille nappe solide qui ne servait plus. 

- Un tissu décoratif, celui-ci peut être ce que vous voulez, du coton, du lin, de la soie, peu importe. Quoique la soie se tache très facilement et est difficile à laver, ce qui n'est pas idéal pour un porte-bébé. Ici j'ai choisi un beau tissu africain trouvé à Montréal. Prévoir environ 50 cm, un peu plus si le tissu fait moins de 75 cm de largeur

- Un tissu pour l'intérieur (celui dans lequel le bébé sera assis) J'ai choisi de la flanelle de coton, mais vous pouvez mettre du minky, du jersey, ou même un autre tissu imprimé si vous voulez que votre meitai soit réversible. Prévoir environ 50 cm.

- Un tissu pour le padding. J'ai pris une vieille serviette, mais je vous suggère du polar, ou de la mousse faite exprès. 

- Du bon fil solide

Découpage:

Cliquez sur les images pour voir les morceaux de patron, avec les mesures inscrites dessus. Vous pouvez faire la partie principale un peu plus large (ajouter 1 ou 2 cm) si vous êtes plus corpulente. N'oubliez pas que ces morceaux sont coupés sur le pli, dans les deux cas il est sur le côté gauche de la pièce. 

Découpez la partie principale dans votre tissu solide, dans votre tissu décoratif, ainsi que dans le tissu intérieur. 

Pour le repose-tête, vous pouvez aussi couper un rectangle de 25 x 20 cm si vous ne voulez pas vous casser la tête. Le couper avec le petit arrondi n'est qu'un petit caprice de design. Pour le repose-tête, vous avec le choix des tissu dans lesquels vous le voulez. J'ai choisi de le faire dans le tissu imprimé des deux côtés et de le renforcir avec le tissu solide, mais ce n'était pas nécessaire. Vous pouvez très bien choisir de le faire imprimé d'un côté et avec la flanelle du côté intérieur, et avec ou sans le tissu de renforcement. libre à vous. 
Partie principale ''corps''
repose-tête

Les bretelles et la ceinture: Coupez trois bandes d'environ 2m10 de long, et de 22 cm de large. Les miennes font 2m05 x 22 cm, mais je suis toute petite, et mon Mei Tai risque d'être un peu limite pour un homme ou pour quelqu'un de plus corpulent(e). Je vous suggère de viser le 2m10 ou un peu plus (surtout pour les bretelles), selon votre corpulence et les nouages que vous désirez faire. 

Le rembourrage de la ceinture: Mon morceau de serviette fait 48cm x 16 cm. Si vous utiliser de la mousse (idéaement assez épaisse, au moins 2-2,5 cm d'épaisseur)  découpez un morceau de 48cm x 8 cm, et si vous utilisez du polar, découpez un morceau de 48cm x 32 cm. 

Les attaches du repose-tête: découpez des bandes d'environ 4cm de large et de 25 cm de long

Les points d'ancrage des attaches: découpez des petits morceaux d'environ 4cm x 6cm

Petite note: J'ai fait des coutures d'environ 1/2 pouce (1.25 cm), sauf si les morceaux étaient trop petits, comme pour les attaches, ou la valeur est plus petite. 

Morceaux découpés

morceau de serviette pour le rembourrage de la ceinture

Commencez par découper une extrémité de chaque bretelle en angle comme ceci, et les deux extrémités de la ceinture.

 Pliez les bretelles envers contre envers, et faites une couture, en laissant le côté qui n'a pas été coupé en angle ouvert.


 Pliez la bande de ceinture envers contre envers, et faites une couture, en laissant une ouverture en plein mileu un peu plus longue que le rembourrage de la ceinture.

Crantez tous les angles, vous pouvez repasser les coutures au zigzag si vous le désirez ( je ne l'ai pas fait), et retournez les bretelles et la ceinture sur l'endroit, puis repassez. 


Surpiquez toute la bordure des bretelles pour qu'elles gardent leur forme.




Placez bien les bretelles comme ceci sur le morceau de canevas ou de tissu de support, sur l'angle prévu à cet effet, et faites une belle couture solide (une boîte avec un X) comme sur la photo. J'ai repassé plusieurs fois sur la couture pour être sûre de sa solidité. 


Préparez ensuite les attaches du repose-tête comme suit: pliez endroit contre endroit sur la longeur, faites une couture en laissant l'une des extrémités ouverte, retournez, repassez, et faites une surpiqûre. Ca devrait ressembler à ceci:


Placez ensuite les attaches en sandwich entre les tissus que vous avez choisi, pour le repose-tête, endroit contre endroit. Si vous avez décidé de mettre un étage du tissu de support, placez-le en dessous. L'attache est en angle sur la photo, mais placez la bien droite. J'ai dû la réajuster par la suite.


Faites une couture tout autour du repose-tête, en laissant le dessous ouvert. 


Retournez-le, repassez-le, assurez vous que les attaches sont dans le bon angle (réajustez au besoin), et faites une surpiqure tout autour. Ça devrait ressembler à ceci: 


Placez ensuite les morceaux dans l'ordre suivant: le morceau de support, dont vous aurez roulé et attaché les bretelles pour qu'elles ne soient pas dans les jambes, puis le morceau imprimé avec l'endroit vers le haut (donc envers contre endroit avec le morceau de soutien), le repose-tête à sa place par-dessus l'imprimé, puis la flannelle (ou tissu intérieur) endroit contre endroit avec l'imprimé. Épinglez et cousez tout autour SAUF sur les bretelles en en dessous.


Vous voyez les coutures? Voyez bien qu'il n'y en a pas aux cuins où il y a les bretelles
une fois les coutures faites, enlevez l'excédent de la valeur de couture comme suit:


Retournez ensuite le tout sur l'endroit, repassez, puis rentrez et épinglez les bords non-finis où il y a les bretelles. Si vous agrandissez la photo suivante, vous pouvez voir les épingles qui tiennent le tissu en place.

Faites ensuite une surpiqûre tout autour (sauf sur le bord inférieur). ca devrait ressembler à ceci:



Ensuite, pliez la serviette en deux (si c'est un morceau de polaire, pliez le en deux sur le long, puis repliez encore sur la longueur de sorte que les bords non-finis soient à l'intérieur) enfoncez ensuite le morceau principal dans la V du morceau obtenu, jusqu'à la pliure (si vous avez un morceau de mousse, vous n'avez qu'à le poser dessus), comme ceci:


J'ai oublié de prendre une photo de l'étape suivante, dans l'excitation d'avoir presque fini, mais c'est assez simple. Vous vous souvenez de la bande de ceinture, dans laquelle on avait laissé une ouverture? Reprenez-le, et enfoncer délicatement le rembourrage dans lequel il y a le reste du porte-bébé, et épingler de sorte que le tissu recouvre bien le rembourrage et que le tout soit droit et bien en place. Il devrait y avoir ujste assez d'espace au dessus du rembourrage avec le tissu de la ceinture pour pouvoir y faire une couture. Épinglez le tout, et faites une couture, et continuez-la tout autour de la ceinture, comme pour les bretelles. Finalement, vous pouvez faire quelques coutures le long du rembourrage pour le maintenir en place. J'en ai fait deux, mais ça peut être plus.


Oui, je sais que mes lignes ne sont pas droites, j'ai eu quelques problèmes avec mes machines à coudre quand est venu le temps de coudre avec plus d'épaisseur, et je me suis un peu énervée, d'où le manque d'application sur le final...


En final, il suffit de préparer les petits bouts tout petits comme pour les attaches, et de les fixer au milieu des bretelles, à l'horizontal (ou à la verticale, comme vous le sentez) à environ 18 cm du morceau, avec une petite couture de chaque côté. 



Et voilà le résultat!!





J'espère que les instructions sont assez claires. Bonne couture!
Veuillez noter que je ne suis pas responsable si votre porte bébé fait selon ce tutoriel vous fait défaut. Il va de votre responsabilité de trouver des tissus appropriés, de l'entretenir correctement, et de le surveiller pour toute trace d'usure. Merci!

Et voici maintenant ce que ça donne avec un bébé (ou dans ce cas-ci, une poupée en plastique):


Les deux photos suivantes sont un exemple de portage en Mei Tai pour nes tout petits bébé qui ne peuvent pas encore sortir leur jambes sur le côté (il est conseillé au début de ne pas forcer le bébé à écarter les jambes, il est mieux de le laisser aver ses petites jambes repliées sur elles mêmes.  Voici ce que ça donne: 



 Dans un billet à venir, je vous expliquerai étape par étape comment installer le Mei Tai, selon les deux façons illustrées ici! I est aussi possible de le mettre dans le dos lorsque bébé est une peu plus grand.


Voici d'autres tutoriels de Mei Tais bien faits et intéressants que j'ai trouvé en ligne:
http://scanditute.blogspot.ca/2008/08/make-scandi_18.html
http://www.grumblesandgrunts.com/2010/10/how-to-sew-mei-tai-baby-carrier.html
http://meloncollie.over-blog.com/article-tuto-du-mei-tai-52408281.html
http://www.hobomama.com/2012/03/how-to-sew-mei-tai-baby-carrier.html

Bonne journée!